RDC: Félix Tshisekedi charge Naanga et met Kabila en garde !

Félix Tshilombo Tshisekedi, secrétaire général adjoint de l’union pour la Démocratie et le Progrès Social (Udps) principale parti de l’opposition accuse le président Joseph Kabila et corneille Naanga de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de bloquer les élections.

Dans une matinée politique tenue ce mardi l’après midi au siège de Limeté à Kinshasa, il s’en est pris encore au président de la Ceni en ces termes :  » Monsieur Corneille Naanga, par les propos qu’il a tenu est tout simplement complice du système Kabiliste (NDLR : Travaille pour Joseph Kabila). Il ne peut pas parler de report d’élections sans en fixé la date. Nous supposons que, s’il était de bonne foi, il aurait fait une étude au préalable qui lui donnerait si pas une date exacte mais, une date approximative de la période où nous aurons des élections. Il s’est contenté juste de dire que les élections n’auront pas lieu cette année, laissant un boulevard à Joseph Kabila qui ne veut pas d’élections dans ce pays afin qu’il puisse prolonger le plus longtemps possible cette incertitude. »

Au cours de ce message en Lingala, Il est passé directement à la campagne de réarmement morale, demandant aux membres de son parti et aux congolais en général de redoubler de vigilance et se tenir prêt pour résister à Kabila. Félix Tshisekedi appelle à une courte transition sans Kabila en cas d’absence des élections en décembre 2017. Félix Tshisekedi estime que les 20 pourcent d’un mandant accordé à Joseph Kabila pour organiser des élections qui n’a pas pu en cinq ans, ne l’ont servi qu’à se moquer de la démocratie.
Il a ensuite rappelé l’échéance placé par l’accord de la saint sylvestre et émis une hypothèse pour résoudre ces nombreux reports : « C’est pourquoi nous disons que le 31 décembre 2017, c’est la date fatidique au delà de laquelle, nous ne voulons ni le voir ni l’entendre à la tête du pays (Ndlr : Le président Joseph Kabila). Quand on constatera qu’il n’y aura pas élections le 31 décembre, nous réunirons la classe politique congolaise et nous allons nous mettre d’accord sur une personnalité consensuelle qui rencontre la confiance de tout le monde mais, qui aura la seule tâche d’amener le pays aux élections avec la condition de ne pas être candidat lui même et dès que nous aurons fait cela, on va revenir à l’ordre républicain et démocratique pour continuer »

Félix Tshisekedi a par après évoqué les trois stratégies, qui selon lui, Kabila pourrais utiliser pour se maintenir au pouvoir : le référendum, le chaos et la stratégie à la Poutine. Stratégies qu’il appelle les congolais à stopper net. Il a terminé son propos par un appel au calme sans peur. Notons aussi que peu avant le début de cette matinée Augustin Kabuya, porte-parole de l’UDPS, a annoncé officieusement que les militants de son parti souhaitent que Félix Tshisekedi se présente candidat à la prochaine présidentielle. Le congrès ne serait qu’une simple formalité selon lui. Cette manifestation politique qui a réunit toute les couches de son parti et l’opposition est la première depuis la disparition de son leader Etienne Tshisekedi Wa Mulumba en février de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *