RDC : Cinq points à retenir sur les dernières évolutions d’Ebola dans l’Est

 

RDC : Cinq points à retenir sur les dernières évolutions d’Ebola dans l’Est

 

Apres avoir atteint le seuil de 2.000 cas dans l’Est de la RDC. Le ministère de la santé de la république démocratique a réagi pour faire le point sur l’Evolution de l’épidémie. Oly Ilunga, ministre de la santé publique assure que la situation est complexe mais pas affolante pour les sites de Béni, Butembo, Katwa et Ituri. Du 1er Aout au 1er Juin soit 10 mois après la déclaration de 10 ème épisode d’Ebola en RDC, 5 points sont à relever sur les dernières évolutions d’Ebola dans les provinces du Nord Kivu et de l’Ituri.

  1. La complexité de la 10 ème Epidémie

La dixième épidémie d’Ebola est la plus complexe en raison de la forte densité et mobilité de la population et du contexte sécuritaire. Il est estimé à plus de 1 millions de déplacées au Nord Kivu dans ces zones urbaines où sévissent une centaine de groupes armés.

  1. L’impact des attaques sur la riposte

Du 24 mars au 2 Juin, soit 10 semaines, le nombre de cas a doublé de 1000 à 2000 à cause des attaques armées contre les équipes et les opérateurs de la riposte à Butembo et Katwa. Ces attaques ont atteint le point culminant avec le meurtre du Docteur Richard Valery Mouzoko le 19 Avril. Ces attaques ralentissent la riposte.

  1. L’engagement communautaire pour une bonne riposte

La réticence des populations conduit par moment à des violences. Les églises, les écoles et centres de santé sont les grandes communautés qui doivent s’engager de manière proactive avec les communautés affectées en leur fournissant les conseils sanitaires fiables et adaptés pour encourager aux bons comportements.

  1. Les réussites non négligeables

La situation sécuritaire et les activités de riposte connaissent une légère amélioration avec l’accalmie de ces derniers jours. Les opérations mixtes entre l’armée, la police et la Monusco permettent aux équipes de travailler. Aussi, l’épidémie est restée confiné dans la seule partie de l’Est sans progression.

  1. Les défis à venir

Le ministère de la santé compte surveiller l’épidémie afin de pouvoir briser la chaine de transmission ainsi que le contrôle des infections en formant les unités sanitaires afin de réduire le taux d’infections. Les décès en dehors des centres de traitement seront aussi suivis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *