RDC : Face à la grise mine, la MIBA demande 20 millions de dollars pour une relance rapide

 

RDC : Face à la grise mine, la MIBA demande 20 millions de dollars pour une relance rapide

 

Baisse constante de la production annuelle, manque d’outils de production et de la subvention de l’Etat, le secteur minier, premier mobilisateur des finances et contributeur majeur au budget national endure une crise noire qui escorte avec elle, la baisse des cours des matières premières. La Société Minière de Bakwanga (Miba) improductive depuis bientôt 17 ans tente de survivre dans le Kasaï au centre du Pays. Cette première entreprise de production du diamant industriel est caractérisée par une diminution de sa capacité de production et une recherche désespérée des capitaux pour financer sa relance.

Son conseil d’Administration géré par Dieudonné Mbaya Tshiakanyi demande au moins 20 millions de dollars américains pour un nouveau plan de relance rapide. 5 millions de dollars sont aussi nécessaires pour l’électricité afin de faire tourner l’usine de production de diamant. Les dirigeants sollicitent en plus le versement d’une partie de sa dette de 45 millions USD. Le conseil d’administration et la direction générale de la MIBA demande l’implication du chef de l’Etat auprès des structures minières congolaises et la Société d’investissement belge au Kasaï (SIBEKA) principale actionnaire de la MIBA.

Avec ces demandes et les engins arrivés sur place au Kasaï, la production pourra augmenter à 100 000 carats par an selon son PCA. Aujourd’hui, la dette sociale de la MIBA a atteint des chiffres records dépassant 150 millions de dollars américains. Il est devenu impossible d’attirer un actionnaire sérieux pour son redressement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *