Gabon : Les femmes ne décolèrent pas suite à la suppression du ministère de la femme

 

 

Gabon : Les femmes ne décolèrent pas suite à la suppression du ministère de la femme

 

Les gabonaises sont en colère contre leur gouvernement. Motif : le ministère des femmes créé depuis plusieurs décennies pour une haute représentation des femmes dans la défense de leurs droits a été simplement supprimé lors du remaniement du gouvernement intervenu le 10 juin dernier. C’est un mépris, c’est une reculade, fulminent ces femmes dans une déclaration distribuée à la presse. Dans un pays où les femmes représentent 52% de la population et plus de la moitié des électeurs, cette mise à l’écart des cercles de décision est inadmissible, ont-elles souligné dans cette déclaration commune.

 

Dans un premier temps, ces femmes ne souhaitent pas rentrer en rébellion contre l’Etat. Elles préfèrent se limiter à un plaidoyer. Elles affirment avoir écrit au Premier ministre et aux présidents de toutes les institutions afin que ce ministère qui est le principal interlocuteur des ONG féministes soit très rapidement réhabilité. Le ministre de la Communication, porte parole du gouvernement, Rigobert Ikambouaya – Ndeka tente de calmer le jeu. Pour lui, c’est la volonté du chef de l’Etat de réduire l’équipe gouvernementale qui a été à l’origine de la fusion de plusieurs portefeuilles. Désormais, c’est le ministère de l’Economie et des finances, chargés de la solidarité nationale qui s’occupera des problèmes de la femme.

 

Les femmes du Gabon issues de toutes les couches de la majorité, opposition et société civile restent unanimes sur le sujet. Elles ne jurent que par la restauration de cette nomenclature dans l’actuel gouvernement. Faute de quoi, les actions conjointes s’en suivront pour rappeler à Ali Bongo ses promesses de campagne. Le débat est loin d’être clos.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *